Tout ce que tu aimes


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Partagez | 
 

 viol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
ára
Modérateur


Féminin Nombre de messages: 400
Age: 24
Localisation: sur un nuage nan! Aveyron (12)
Emploi: lycéenne
Date d'inscription: 25/07/2006

MessageSujet: viol   Mar 8 Aoû - 10:25

ceux du forum du cned doivent connaître le sujet sur le viol.
Le viol est un phénomène de société, il peut être fait par une seule personne, ou alors par plusieurs (viol en réunion).
en tout les cas, le viol reste un crime qui n'est pas encore de nos jours assez puni, voir qui reste impuni.
Je vous propose des témoignages, et aussi des documents à lire, qui vous informerons plus sur l'état d'esprit de ces personnes qui violent et de celles violées, car il faut en parler, faire de la prévention, et se battre pour faire avancer les choses

_________________
j'aime celui qui rêve à l'impossible---Goethe

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.laphobiescolaire.skyblog.com
ára
Modérateur


Féminin Nombre de messages: 400
Age: 24
Localisation: sur un nuage nan! Aveyron (12)
Emploi: lycéenne
Date d'inscription: 25/07/2006

MessageSujet: Re: viol   Mar 8 Aoû - 10:32

donc, je continue.
voici un petit lien:
http://www.sosfemmes.com/

ensuite, je vais vous donner quelques liens de blogs très intéressants( il y a de nombreux témoignages)
http://dite-non-au-viol.skyblog.com/

http://souffrance2408.skyblog.com/



http://viol.skyblog.com/

_________________
j'aime celui qui rêve à l'impossible---Goethe

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.laphobiescolaire.skyblog.com
ára
Modérateur


Féminin Nombre de messages: 400
Age: 24
Localisation: sur un nuage nan! Aveyron (12)
Emploi: lycéenne
Date d'inscription: 25/07/2006

MessageSujet: Re: viol   Mar 8 Aoû - 10:35

maintenant, je vais attaquer dur, avec des témoignages très poignants, lisez les je vous en pris.

Lucie est une lycéene agée de 16 ans ! Elle est folle amoureuse de Jason, un terminal ES de 19 ans! Mais elle n'ose l'approcher !
Un jour, en discotheque Lucie le rencontre par hasard sur la piste de danse ! Ils dansent sensuellement !
Lucie est aux anges ! Plutard Jason lui propose de lui offrir une coupe de champagne! Elle accepte! Elle n'aurait jamais cru qu'un jour son rêve se réaliserait ! Lucie reste sur la piste de danse pendant Jason lui va chercher les verres ! Elle ne remarque rien ... Lucie boit son verre ! Elle a une confiance aveugle envers Jason ! A la fin de la soirée, Lucie n'a plus conscience de rien ! Elle plane ! Jason entraine Lucie dans sa voiture ! Lucie se débat comme elle peut ! Mais elle est sous l'effet de la drogue! Jason la viole! Il appelle ensuite ses copains ! Lucie ne peut s'échapper! Elle est attachée ! Un autre la viole puis 2 puis 3 ! En tout 9 garçons l'ont violée !! Ils lui enfonce des objets de 17 cm dans le vagin ! Un des garçon a essayé de lui enfoncé un bout de bois ! Un autre une bouteille de champagne ! Ils l'obligent à leur faire des félations, a se sucer les levres de son sexe, ils lui font faire des choses inssancées !! Elle n'en peut plus ...Elle pleure, elle crie, elle prie pour que quelqu'un l'entende ... Mais rien ...
Le matin se lève et Lucie est toujours entre les mains des hommes ... Elle est insultée de "Sale Putain" de "Fille Facile" de "Salope" .. Elle est a bout! Elle n'entend que des "T'aime ça!!?Hein ? Ouais dit le que tu aimes ça !.."
Quelques heures plus tard, ils jettent le corps nu et abimé de Lucie dans un fossé en pleine campagne !
Lucie crie ! Elle est incapable de marché .... et elle s'évanouit !
Quand elle se réveille, elle est a l'hopital ! Ses parents et son frere sont auprés d'elle ...
Sa mère est en larmes et son père en colère ! Le médecin, lui apprend qu'elle est dans le coma depuis 2 mois ! Et qu'elle est enceinte !
Lucie veut mourir ! Elle se sent sale, humiliée... Son père lui apprend que les garçons ont été retrouvés! En effet pendant que Lucie se faisait violée quelqu'un avait tout entendu mais il n'osait l'aider ! Le procés devait avoir lieu dans 2 jours!
Ce jour là, le tribunal libére les garçon pour fautes de preuves !
Lucie n'en croit pas ses oreilles ! Ses parents n'ont plus ! Le soir même, Lucie dégoutée par la vie...
se suicide...





Voici le témoignage d'une fille détruite pr tjr!!

" Voila il y a 2 mois j'avais 16 ans j'ai été victime d'un viol.
J'étais avec une amie et nous avions rencontré des gars.
Comme on était 2 on pensait qu'il y avait bcp moins de danger que toutes seules. En fait je crois que même à 2 il y a du danger. c'est encore pire : on se croit plus forte mais ça revient au même.

Donc nous avions rencontré 2 gars de notre age (17). Ils étaient vraiment sympas, mignons, tout. nous avions totalement confiance en eux. On les voyait tous les week-end, ils nous payaient tt le temps à manger et cela durant près d'un an. Nous sortions au cinéma, au bowling... seulement tout cela avait un prix et nous l'avons compris bien plus tard.

Un jour ils nous avaient donné rdv (ttes les 2 : on y allait tjs à 2 : on se croyait plus protégées).Il pleuvait. donc M... décide de nous amener chez lui, il n'y avait personne. nous acceptons. nous étions en train de regarder la tv quand S... prend ma copine à part dans la chambre. 5 minutes après j'entends des cris : j'essaye de me précipiter dans la chambre mais M... me retient et me plaque au sol. Il ouvre mon pantalon. Je lui demande "qu'est ce que tu fais ?" J'étais paralysée. il ne me répond pas et sort son sexe. j'essaye de me débattre et je crie il me frappe, m'insulte. Je pleure. je lui demande "pourquoi ?" il me répond "parce que tu es une femme : tu es une salope" et il me demande de le sucer. je refuse. je pleure. je l'implore. rien. Il enfile son putain de sexe dans ma bouche. j'étais humiliée puis il me prend par les cheveux et m'amène dans sa chambre. La je vois m a copine avec S... elle était en p leurs. Il la tenait et la frappait. Puis M... et S... sont partis et nous ont laissées toutes les 2 dans la chambre fermée à clef. Pendant 5 minutes on a cherché par tous les moyens de nous enfuir. Mais on était au moins au 10eme étage. Quand ils sont revenus, ils ne sont pas revenus seuls. Ils étaient avec une dizaine de connards. M... a dit : " les voici vous pouvez en faire ce que vous voulez mais je prend mon pied en 1er" puis il a dit "salope vous êtes, salopes vous resterez". à ce moment la j'ai compris que ma vie allait tourner au cauchemard. M... s'est jeté sur moi avec 2 ou 3 autres keums qui m'ont tenu et a commencé à me violer. J'avais mal, je voulais crier : impossible.

Quant à ma copine elle a essayé de s'enfuir ils l'on menacée avec un cutter puis l'ont violée. C'était affreux. J'ai du avoir au moins 10 pénétrations, les gars me léchaient de partout, m'insultaient, rigolaient. Ils me frappaient et moi je pleurais. Ils sont allé chercher des objets pour nous les enfoncer. tout y est passé. Ils nous brûlaient avec leurs clopes puis ils ont pris des ciseaux et nous ont coupé les cheveux n'importe comment. Les gars me pénétraient avec leurs saletés de sexe et c'était à celui qui rentrait le plus vite.

A la fin il nous ont lâché et nous étions épuisées, mortes, ils nous ont demandé de nous lécher entre nous. nous avons refusé. ils nous ont frappé. nous nous sommes exécutées. Je n'ai jamais été aussi humiliée de ma vie. j'étais souillée. Enfin ils nous ont laissé partir et ils rigolaient. avant de partir j'ai dit à S... et M... que j'avais confiance en eux et que je n'aurais pas cru ça d'eux et ils ont répondu : "maintenant que nous avons couché ensemble, nous aurons encore plus confiance femme".

Nous étions épuisées. on ne pouvait plus marcher. Le soir, nous ne sommes pas rentrées chez nous, nous avions honte. nous avons dormi une nuit à l'hôtel. Nous étions sans vêtement, les cheveux coupés n'importe comment, avec des blessures partout, les yeux rouges.

Finalement j'ai dû rentrer chez moi. j'ai porté plainte et raconté à mes parents mais j'ai dit que je ne connaissais aucun gars de peur des représailles. Une semaine après je reçois un texto de M... qui me dit : "tu veux qu'on remette ça salope, ça t'a plu, hein ?" Maintenant je ne peux plus parler à un homme. je ne peux plus vivre normalement. J'ai vécu l'enfer et je ne le souhaite à personne. Retenez ceci et dites vous que ce n'est pas parce qu'on est plusieurs qu'il y a moins de danger. c'est ce que nous pensions et on osait faire ce qu'on voulait sous prétexte que l'on était 2.

Maintenant j'ai un psy et j'essaye d'oublier mais je sais que je n'y parviendrais jamais.""

N'oubliez jms ke CA N'ARRIVE PAS QU'AUX AUTRES!!!!!!!



Les conséquences d'un viol

Pendant six mois, une adolescente, Tatiana, 14 ans est réguliérement violée dans les caves de la cité de la Croix-Blanche de Vigneux-sur-Seine, dans l'Essonne, par un groupe d'une quinzaine de jeunes.
Par peur de représailles, elle se tait.

Tatiana est violée et sodomisée

"Certains mercredi, les gens de la cité voyaient les jeunes faire la queue devant les caves et ne disaient rien" raconte une jeune fill.

Apres avoir longtemps affirmé que la jeune fille etait consentante, plusieurs accusés avouent qu'elle etait résignée parce qu'elle avait peur.

Certains garçons avaient menacé Tatiana de montrer des photos de séances de fellation a son pere si elle refusait de s'exécuter.

Les consequences de ce viol:

Rongée par la culpabilité et le dégout, détruite par ces violeurs, Tatiana cherche des refuges illusoires dans la drogue, l'alcool et une fausse gaieté qui dissimulent une cicatrice mal refarmée

Envoyée chez sa grand-mere, Tatiana fait une tentative de sucide.

14ans, morte alors qu'elle n'avait la vie devant elle

Morte, car on l'y a poussée, elle n'avais pas d'autre échappatoire...

Son pere, agé de 39ans, s'est pendu.

Resté dans la cité quelques mois apres le départ de sa fille, il semble qu'il ait été victime de pressions de la part des proches des accusés.


En résumé:

Viol ne veux pas seulement dire "agressions sexuelles", il veux également dire "oter la vie et l'amour propre de quelqu'un"

_________________
j'aime celui qui rêve à l'impossible---Goethe

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.laphobiescolaire.skyblog.com
ára
Modérateur


Féminin Nombre de messages: 400
Age: 24
Localisation: sur un nuage nan! Aveyron (12)
Emploi: lycéenne
Date d'inscription: 25/07/2006

MessageSujet: Re: viol   Mar 8 Aoû - 10:36

Viol en réunion

Description
Le « phénomène » semble être apparu en France, mais s'est propagé depuis à un certain nombre d'autres pays européens (entre autres Norvège et Danemark) et extraeuropéens (Australie). Les auteurs ont en général entre 16 et 18 ans et légitiment systématiquement leurs actes par la réputation de leur victime, considérée comme « une fille facile ».
En 2001, le juge Sylvie Lotteau, du tribunal de Bobigny, décrit ainsi les tournantes : « Une fois qu'une jeune fille est devenue l'amie de l'un des membres d'une bande, les autres membres se partagent ses faveurs, en général avec le consentement de son ami, mais pas de la victime. Il faut donner une appréciation négative de la jeune fille — déjà fragilisée car souvent fugueuse, issue de familles déstructurées — pour dire après qu’elle était forcément consentante ».
Un procès ayant eu lieu en 2001 concernait onze violeurs d'une jeune fille de 14 ans dans une cave. Il est à noter que les délinquants ne manifestaient pas de compassion particulière pour leur victime, mais étaient en revanche devant une audience venue nombreuse les soutenir, d'après Le Monde. C'est cet événement qui décida le monde politique à prendre en compte cette question, poussé par le mouvement Ni putes ni soumises.
Un commandant de police de la sûreté départementale de Seine-Saint-Denis indique que « sur le 2e district du 93, qui comprend des communes difficiles comme Saint-Denis, Aubervilliers ou Stains, nous avons en moyenne deux affaires de tournantes par an. »
Peu de victimes de viol en réunion déposent plainte ; on peut voir quatre raisons à cela :
1. Pression psychologique (honte de n'avoir pas su dénoncer les faits rapidement, pouvant donner à croire que la victime était effectivement consentante)
2. Crainte de représailles physiques.
3. Chantage et pression des agresseurs (photos utilisées autant pour qu'elle se soumette à nouveau que pour la contraindre au silence.)
4. Difficulté à s'extraire du quartier durant le délai de l'enquête de Police.
« Quand elles portent plainte, elles sont harcelées par d’autres jeunes de la cité parfaitement au courant, les parents sont obligés de déménager, leurs voitures sont incendiées », indique une avocate, Me Steyer dont une des dernières clientes a tout juste 13 ans.
Les victimes culpabilisent d'autant plus qu'elles sont confrontées à un groupe qui considère leur acte comme évident et normal. L'importance de ce contexte social prend une dimension d'autant plus considérable que la victime est jeune, que le groupe des violeurs peut se vanter et instituer un statut dégradant pour la victime et que celle-ci considère ne pas pouvoir trouver auprès de sa famille la confiance ou l'appui nécessaire pour faire face à ce traumatisme. Fragilisée et déboussolée par son agression, seule contre tous, le traumatisme peut altérer à tel point l'identité propre de la victime qu'elle peut entrer dans une logique de soumission. Certaines victimes, brisées, reviennent ainsi d'elles-mêmes vers leurs bourreaux ou sont incapables de leur résister par la suite. La tournante est donc dans certains cas un acte répété dans le temps qui plus encore qu'une agression sexuelle constitue une mise en « esclavage » alors que les violeurs y trouvent la justification de leur pratique.
[modifier]
Analyses
Les tournantes se compliquent aussi de phénomènes religieux ou ethniques. Dans certains cas, une jeune femme sachant « jouir loyalement de son être », pour reprendre l'expression de Montaigne, est considérée comme ne méritant pas le respect.
Des sociologues mettent l'accent sur un effet de groupe : selon eux, l'ami de la jeune femme ne pourrait la protéger de ses amis sans se désavouer vis-à-vis d'eux. Jean-Jacques Rassial, psychologue à l'université de Villetaneuse, y voit plutôt une sorte de rite de passage où le jeune homme montre que son respect de la bande passe pour lui avant celui de son amie ou des lois du pays où il se trouve.
Flemming Balvig, criminologue à l'université de Copenhague, se range également à cette hypothèse.
La liberté sexuelle traditionnelle du Danemark prend par ailleurs de court un certain nombre de jeunes gens venant de familles non danoises pratiquant pour des raisons historiques et culturelles une morale sexuelle tout à fait opposée.
Les viols en réunion ne sont pas l'apanage des cités sensibles et de leur délinquance spécifique ;les facteurs déclenchant sont aussi à rechercher du côté de la victime. La victime est généralement une fille non défendue (pas de frère, père, cousin...) qui n'est pas un satellite ou un membre d'un groupe structuré et reconnu du quartier, elle est isolée. Elle vit souvent une situation familiale difficile et se met en danger plus ou moins volontairement sans vraiment en mesurer les conséquences. Psychologiquement fragile, elle affiche ses « faiblesses » ce qui en fait une cible pour ses agresseurs qui dans la majorité des cas la connaissent de longue date.
[modifier]
Voir aussi

http://www.sosfemmes.com/faq/messages/94_viol_reunion.htm
_________________

_________________
j'aime celui qui rêve à l'impossible---Goethe

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.laphobiescolaire.skyblog.com
ára
Modérateur


Féminin Nombre de messages: 400
Age: 24
Localisation: sur un nuage nan! Aveyron (12)
Emploi: lycéenne
Date d'inscription: 25/07/2006

MessageSujet: Re: viol   Mar 8 Aoû - 10:37

voilà, ce texte est très intéressant, il aborde le sujet des pulsions sexuelels incontrolées

Les mythes ou la déresponsabilisation des agresseurs et la culpabilisation des enfants victimes
Extrait du Manifeste AIVI 2004



1 ) Les agresseurs seraient des malades : plusieurs chercheurs concluent plutôt que les hommes violents ne diffèrent pas des hommes non violents; les agresseurs se caractérisent par leur ressemblance avec les hommes ordinaires.

2) Les agresseurs ont des pulsions irrésistibles : cette hypothèse a été infirmée par de nombreuses études. Les pères incestueux auraient des pulsions sexuelles normales. Il n'y aurait donc pas de pathologie propre à l’inceste.

3) Les agresseurs perdraientt momentanément le contrôle d’eux-mêmes : l'inceste se développe graduellement et s'étend sur une certaine période de temps allant de six mois jusqu'à sept ou huit ans, la durée moyenne étant de deux ans. La théorie de la perte de contrôle s'effondre donc lorsque nous observons la durée de l'agression et l'escalade dans les formes qu'elle revêt, ainsi que les pressions et les tactiques utilisées pour imposer et garder le secret.

4) La thèse de l’accident : selon laquelle l'agresseur, confondant la tendresse et la sexualité, glisse accidentellement vers l'attentat de son enfant alors qu'il le caressait ou l'étreignait de façon affectueuse. Selon les enfants agressés, l'agresseur commettait sciemment et délibérément une agression sexuelle, même si les comportements abusifs étaient entremêlés de gentilles caresses.

5) L’alcoolisme : bien que la consommation d'alcool soit souvent observée parmi les cas d'inceste étudiés, l'alcool n'est pas la cause de l'inceste. Ces substances peuvent réduire les inhibitions de certains agresseurs et leur servir de prétexte pour excuser l'agression. Il existe beaucoup d’agresseurs incestueux qui ne sont pas alcooliques.

6) L’inceste : fléau des milieux défavorisés, en zone rurale, parmi les minorités ethniques : aucune étude n'a pu établir de tels liens mais tous les hommes incestueux ne courent pas les mêmes risques de se faire dénoncer ou d'être punis pour leurs actes. Les hommes “respectables” de la société sont moins ou peu dénoncés; s'ils le sont, ils sont plus crédibles, présentent des défenses de pères de famille irréprochables, de pourvoyeurs honnêtes et souvent, nient les faits.

7) L'éloignement sexuel dans le couple : plusieurs études soulignent que la plupart des pères incestueux continueraient d'avoir des relations sexuelles avec leur conjointe et qu'aucun père n'aurait commis l'inceste parce qu'il n'aurait pas eu accès sexuellement à sa conjointe.

Les agresseurs sont d’anciennes victimes : si, selon plusieurs auteurs, de 30 à 50 % d’agresseurs auraient eux mêmes connu un ou des attentats sexuels dans leur enfance, cela démontre aussi qu'une majorité d'entre eux n'en n'auraient pas été victimes. Il n’existe pas d'études comparatives permettant d'évaluer la situation parmi la population des non agresseurs. Il est donc impossible de conclure à une relation de cause à effet.

9) L’enfant provocateur : motif invoqué quand il s'agit de crimes contre les femmes, ce qui n'est pas le cas dans les causes de vol ou de voies de fait contre des hommes, dans lesquels on ne soupçonne jamais la victime d'avoir provoqué l'agresseur.Un juge de Colombie Britannique avait même imputé un comportement provocateur à une petite fille de trois ans ! Si effectivement, cette enfant avait un comportement sexuellement agressif, il est plus que probable, avec ce que nous savons des effets de l'inceste, que ce soit le résultat de l'agression et non la cause.

10) L’enfant consentant et/ou éprouvant du plaisir : ce mythe vise à nier l'agression ou à reporter la responsabilité de l'agression sur la victime. (30) Certains des enfants peuvent ressentir des sensations agréables, une stimulation sexuelle plaisante. Mais cela devient souvent pour eux une source additionnelle de honte, de culpabilité, de mépris de soi, et non une preuve de participation libre.

11) L’enfant menteur : les recherches rapportent plutôt la grande réticence qu'ont les enfants à dévoiler qu'ils sont victimes. Dévoiler l'inceste et sortir du silence demande une somme de courage presque surhumain à une enfant ou une adolescente : elle seule, et elle le sait ou le pressent, aura à porter la terrible responsabilité de cette révélation dont les répercussions atteindront tous les membres de la famille.

12) L’inceste ne serait pas grave : au contraire, certains vont jusqu'à dire que les enfants bénéficieraient de relations sexuelles avec les adultes. (33) Le mythe qui veut que les filles, surtout les très jeunes filles, ne soient pas traumatisées par l'inceste ne repose sur aucune étude sérieuse ; au contraire, les effets négatifs importants des agressions sexuelles sur les enfants ont été démontrés.

13) L’enfant conscient de ce qui lui arrive , il n'avait qu'à dire non : hypothèse réfutée par toutes les études consultées. Au contraire, ces enfants consacrent fréquemment une grande partie de leur énergie psychique à essayer de se distancer d'eux-mêmes en essayant de couper leurs sensations dans la région génitale ou en se percevant comme étant psychologiquement dissociés, c'est-à-dire un méchant soi puni par un monstre la nuit et une gentille fille le jour.

14) Les fausses allégations : de fausses accusations seraient portées par des mères dans les cas de contestation de droits de garde d'enfants ou de droits de visites. Une étude américaine indique, au contraire, que seul un petit pourcentage de cas de garde d'enfants implique de telles accusations

15) Ne rien dire, car il faut maintenir l'unité familiale : il serait préférable pour les victimes d'inceste, de grandir dans une famille intacte et unie. En réalité, l'enfant victime d'inceste a surtout besoin de grandir dans un milieu sécuritaire, respectueux et affectueux, qui lui permette de se développer.
_________________


je vous en pris, lisez tt ce que j'ai mis, et réagissez!!!!

_________________
j'aime celui qui rêve à l'impossible---Goethe

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.laphobiescolaire.skyblog.com
ára
Modérateur


Féminin Nombre de messages: 400
Age: 24
Localisation: sur un nuage nan! Aveyron (12)
Emploi: lycéenne
Date d'inscription: 25/07/2006

MessageSujet: Re: viol   Mar 8 Aoû - 10:42

http://forum.doctissimo.fr/doctissimo/pedophilie-viol/video-temoignages-victimes-inceste-sujet-3758-1.htm
(cliquer sur ce lien, vous allez attérir sur un topic, cliquez ensuite sur le lien qui s'affiche, c'est une vidéo sur l'inceste, ac des victimes qui parlent.

L'inceste, c'est le fait de se faire violer par un membre de sa famille. C'est très dur à vivre, car un inceste peut détruire une famille entière.

. La jeune fille a alors peur de dénoncer le membre de sa famille, par peur qu'on ne la croit pas, ghonte aussi, a peur de briser la famille. Elle a peu qu'on la traite de menteuse. C'est tjs la victome qui culpabilise, car on lui dit: t'avais cas partir!
On l'a fait passé pour une fille naïve, facile, allumeuse, provocante, etc.
Je connais ue fille, lors des faits, elle avait 8 ans./ Son frère l'a violé. Aujourd'hui, elle a 16 ans. C'est sa meilleure amie, la seule qui été au courant, qui a mise au courant ses parents. Ils n'ont rien fait! Ils ont fermé les yeux, pr ne pas que ç éclate la famille! Résultat, quand elle le voit, elle fonce ds sa chambre, rien que sa voix elle l'a hais. Elle ne veux pas sortir ac qqn, déreste les hommes, mm sa famille, et la voici, ac 3 tentatives de suicides. Elle est morte.

Une autre, violée par son père. Quand elle a osé briser le silence, personne ne l'a cru. Sa mère lui hurlé dessu, sa famille l'a forcé a enlevé sa plainte. Elle ne supporte plus son père, et elle a fui.

_________________
j'aime celui qui rêve à l'impossible---Goethe



Dernière édition par le Mar 8 Aoû - 10:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.laphobiescolaire.skyblog.com
ára
Modérateur


Féminin Nombre de messages: 400
Age: 24
Localisation: sur un nuage nan! Aveyron (12)
Emploi: lycéenne
Date d'inscription: 25/07/2006

MessageSujet: Re: viol   Mar 8 Aoû - 10:45

Le texte ci-dessous est une copie du dépliant du Mouvement Français pour le Planning Familial sur les agressions sexuelles en général, certains l'ont peut être déjà vu mais je l'ai trouvé pas mal fait et informatif pour les personnes qui auraient encore des doutes. Je l'ai trouvé à la médecine préventive universitaire de mon académie.

Est ce qu'il vous est déjà arrivé :

-D'être embrassée sans qu'on vous demande votre accord?

-D'être touché(e), tripoté(e), caressé(e) sur des parties du corps où vous ne voulez pas qu'on vous touche?

-D'être forcé(e) de regarder des images pornographiques?

-D'être obligé(e) de regarder le sexe de quelqu'un?

-Que l'on vous dise "Si tu ne couches pas, je te laisse tomber"?

-Que lorsque vous étiez enfant ou adolescent(e), un adulte vous oblige à des attouchements sexuels.
(Bon là c'est valable aussi pour les adultes ...)

Avez vous pensé qu'il s'agissait d'une agression sexuelle?

Lorsque celui qui vous embrasse, vous touche, vous oblige à regarder...Est un proche, un copain, un voisin ou un membre de la famille on a tendance à minimiser l'importance de ces actes.

Si vous protestez, ils disent "C'est pour rire!", "Tu es complètement coincé(e)!"....

Et très souvent, vous n'osez pas répliquer.

Pourtant

-Si on ne vous demande pas votre accord,

-Si on ne tient pas compte de votre refus,

-Si on ne tient pas compte de vos remarques de déplaisir,

On vous fait violence, il s'agit bien d'une agression sexuelle.

Que faire lorsqu'une personne est victime d'agressions sexuelles?

-Parler à quelqu'un en qui on a confiance

-Ne pas endosser la responsabilité de cet act, seul l'AGRESSEUR EST COUPABLE.

-Ne pas rester seule(e)

-Faire appel à des personnes compétentes

-(Avec une personne de son choix, s'adresser et/ou déposer plainte à la police et/ou au procureur de la République.)

Que peut faire l'entourage d'une personne ayant subi des agressions sexuelles

-L'écouter, la croire

-L'aider dans ses démarches

-En parler à des professionnels.

_________________
j'aime celui qui rêve à l'impossible---Goethe

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.laphobiescolaire.skyblog.com
ára
Modérateur


Féminin Nombre de messages: 400
Age: 24
Localisation: sur un nuage nan! Aveyron (12)
Emploi: lycéenne
Date d'inscription: 25/07/2006

MessageSujet: Re: viol   Mar 8 Aoû - 10:48

Sachez répondre aux attaques et comprenez que vous n'êtes pas coupable!!!

Comprenez que l'agresseur est monsieur tout le monde!




"MYTHE: Les femmes mentent quand elles disent qu'elles ont été agressées sexuellement parce qu'elles se sentent coupables d'avoir eu des rapports sexuels.

FAIT : Les femmes mentent rarement lorsqu'elles rapportent une agression sexuelle. D'ailleurs, il est reconnu que les agressions sexuelles sont rarement déclarées. D'après Statistique Canada, seulement 6 % des cas d'agression sont signalés à la police. (5)



MYTHE: Le plus souvent, ce sont des inconnus qui commettent des actes d'agression sexuelle.

FAIT: Les femmes courent plus de danger d'être agressées par des hommes qu'elles connaissent plutôt que par des inconnus. Parmi les femmes qui sont agressées sexuellement, on estime qu'entre 45 % (6) et 69 % 7d'entre elles le sont par un homme rencontré au cours d'un rendezvous amoureux, ou par un amoureux, un conjoint, un ami, un membre de la famille, un voisin, etc.

Vingt (20 %) des jeunes filles au niveau secondaire (Cool et quatre femmes sur cinq au niveau universitaire qui ont participé à des sondages auraient été victimes d'agressions sexuelles. Vingtneuf (29 %) de ces dernières ont rapporté l'incident. (9)

Lorsqu'une femme connaît l'homme qui l'a agressée sexuellement, l'acte d'agression a moins de chance d'être reconnu comme un crime même aux yeux de la victime. Mais ce geste n'en constitue pas moins un acte criminel au même titre que celui perpétré par un inconnu.


MYTHE: La meilleure façon pour une femme de se protéger contre une agression sexuelle est d'éviter d'être seule la nuit dans un endroit sombre et désert, une allée ou un stationnement.

FAIT: La plupart des actes d'agression sexuelle se produisent dans un domicile privé (60 %), le pourcentage le plus élevé ayant lieu chez la victime (38 %). L'idée que la plupart des agressions surviennent en 0présence d'inconnus dans des allées sombres peut mener à une fausse impression de sécurité.



MYTHE: Lorsque les femmes s'habillent d'une manière « sexy » et qu'elles font des choses plutôt « osées », elles incitent les hommes à les agresser sexuellement. Les femmes qui sont agressées sexuellement « l'ont bien cherché ».

FAIT: L'idée selon laquelle les femmes « le cherchent bien » est souvent utilisée par des agresseurs qui veulent ainsi justifier leur comportement. Cette attitude rejette le blâme sur la victime de l'agression, et non sur la personne qui l'a commise.

Les vêtements que disaient porter les victimes d'agression sexuelle et les comportements qu'elles affichaient au moment de l'agression variaient énormément d'une personne à l'autre. Des femmes de tous les âges, de tout type physique, d'origines culturelles, raciales, religieuses et socioéconomiques différentes peuvent être agressées sexuellement.
Les femmes ont toujours le droit de refuser des contacts sexuels. Ce qu'une femme porte, où elle va, ce qu'elle boit ou à qui elle parle ne veut pas dire pour autant qu'elle demande à être agressée sexuellement. C'est la loi.



MYTHE: Les hommes qui agressent sexuellement des femmes sont soit des malades mentaux, soit des hommes qui ont des désirs sexuels excessifs.

FAIT: L'agression sexuelle est un crime de pouvoir, de contrôle et de violence. Les agresseurs ne sont pas « malades » ou incapables de contrôler leurs « pulsions ». Les études et les recherches visant à tracer le profil psychologique du violeur indiquent toutes qu'il s'agit d'hommes ordinaires, « normaux », moyens. (11)


MYTHE: Certains « types » d'hommes sont plus susceptibles d'agresser les femmes.

FAIT: Les hommes qui commettent des actes d'agression sexuelle viennent de groupes d'âge variés et de milieux socioéconomiques et raciaux différents. On croit à tort que les hommes de couleur ou appartenant à la classe ouvrière sont les responsables de la plupart des agressions, mais cette croyance est basée sur les stéréotypes ancrés dans des préjugés racistes et dans une perception hiérarchique des classes. Derrière une agression, on peut retrouver le mari, un membre de la famille, l'employeur, le collègue, le médecin, l'enseignant ou l'avocat de la femme qui est agressée.



MYTHE: Il n'y a pas vraiment d'agression sexuelle si aucune arme n'est utilisée, si aucune violence physique n'est commise.

FAIT: On définit l'agression sexuelle comme tout acte de nature sexuelle non désiré qu'une personne impose à une autre. Selon le Code criminel, cela peut aller des attouchements et des baisers non désirés à toute forme de pénétration ou d'attaques sexuelles qui blessent la victime ou mettent sa vie en danger.

La plupart des actes d'agression sexuelle sont commis par une connaissance qui est plus susceptible d'avoir recours à des ruses ou à des menaces.



MYTHE : Si une femme n'est pas physiquement blessée au cours d'une agression sexuelle, elle ne souffrira pas d'effets à long terme.

FAIT: Même si elles n'ont pas été blessées, neuf femmes sur dix ayant été victimes d'un incident d'agression sexuelle souffrent de problèmes émotifs. (12)



MYTHE: Les femmes ne peuvent être agressées sexuellement par leur « chum » ou leur mari.

FAIT: Il y a agression sexuelle chaque fois qu'une personne refuse d'avoir des rapports sexuels mais. qu'elle y est forcée que ce soit dans un mariage ou lors d'un rendezvous amoureux. Le Comité canadien sur la violence faite aux femmes estime que 38 % des femmes agressées sexuellement l'ont été par leur mari, conjoint ou « chum ». (13) Au Canada, les agressions sexuelles qui se produisent au sein d'un mariage sont illégales depuis 1983. Peu de femmes, cependant, rapportent de tels incidents à la police.

RÉFÉRENCES

1 Statistique Canada, « L'enquête sur la violence envers les femmes », Le Quotidien, Ottawa, le 18 novembre 1993.

2 J. Brickman et J. Briere, « Incidence of Rape and Sexual Assault in an Urban Canadian Population », The International Journal of Women's Studies, Vol. 7, n° 3, 1984.

3 Margaret C. Best et Liz Stimpson, 'Courage Above All:' Sexual Assault Against Women With Disabilities , Toronto, Réseau d'action des femmes handicapées (DAWN), 1991.

4 Association des femmes autochtones de l'Ontario (ONWA), Breaking Free A Proposal for Change to Aboriginal Family Violence , Thunder Bay, 1989.

5 Statistique Canada, 1993.

6 Statistique Canada, 1993.

7 J. Brickman et J. Briere, 1984.

8 DirectionJeunesse, Ayoye !, Ottawa, 1992.

9 W DeKeseredy et K. Kelly, « The Incidence and Prevalence of Woman Abuse in Canadian University and College Dating Relationships: Results From a National Sûrvey», Ottawa, Santé Canada, 1993.

10 Dianne Kinnon, Rapport sur l'agression sexuelle au Canada, Ottawa, Conseil consultatif canadien sur la situation de la femme, décembre 1981.

11 Helen Lenskyj, An Analysis of Violence Against Women: A Manual for Educators and Administrators , Toronto, Institut d'études pédagogiques de l'Ontario , 1992.

12 Statistique Canada, 1993

13. Comité canadien sur la violence faite aux femmes, Nouvel horizon: Éliminer la violence, atteindre l'égalité , Ottawa, 1993."

http://www.womanabuseprevention.co [...] uelle.html

_________________
j'aime celui qui rêve à l'impossible---Goethe

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.laphobiescolaire.skyblog.com
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages: 378
Age: 22
Localisation: Aveyron (12)
Emploi: lycéen
Loisirs: Lecture, écriture, internet
Date d'inscription: 24/07/2006

MessageSujet: Re: viol   Jeu 10 Aoû - 11:38

J'ai lu les 3- premiers témoignages et j'ai du arrêter : j'ai cru que j'allais gerbé...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tousketm.jeun.fr
ára
Modérateur


Féminin Nombre de messages: 400
Age: 24
Localisation: sur un nuage nan! Aveyron (12)
Emploi: lycéenne
Date d'inscription: 25/07/2006

MessageSujet: Re: viol   Lun 14 Aoû - 11:34

je ss dsl, mais faut bien que els gens prennent conscience

_________________
j'aime celui qui rêve à l'impossible---Goethe

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.laphobiescolaire.skyblog.com
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages: 378
Age: 22
Localisation: Aveyron (12)
Emploi: lycéen
Loisirs: Lecture, écriture, internet
Date d'inscription: 24/07/2006

MessageSujet: Re: viol   Lun 14 Aoû - 18:10

Je les lirais en plusieures fois

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tousketm.jeun.fr
ára
Modérateur


Féminin Nombre de messages: 400
Age: 24
Localisation: sur un nuage nan! Aveyron (12)
Emploi: lycéenne
Date d'inscription: 25/07/2006

MessageSujet: Re: viol   Lun 14 Aoû - 19:24

Admin a écrit:
Je les lirais en plusieures fois
oki Wink
mici^^

_________________
j'aime celui qui rêve à l'impossible---Goethe

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.laphobiescolaire.skyblog.com
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages: 378
Age: 22
Localisation: Aveyron (12)
Emploi: lycéen
Loisirs: Lecture, écriture, internet
Date d'inscription: 24/07/2006

MessageSujet: Re: viol   Mar 15 Aoû - 9:27

Là j'ai pas l'estomac assez solide : il ma fallut survivre toute une soirée dans une maison qui sentait l'omelette ( ya rien de tel pour me donner envie de gerber, rien que l'odeur et silent ) je m'en suis pas encore remis

Mais demain je m'y met

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tousketm.jeun.fr
kevin
Modérateur


Masculin Nombre de messages: 133
Age: 24
Localisation: cher (18)
Emploi: cuisinier
Loisirs: la cuisine
Date d'inscription: 09/08/2006

MessageSujet: Re: viol   Mar 15 Aoû - 15:53

c'est hard mais malheuresement c la vie

_________________


le calendrier de Chuck Norris passe du 31 mars au 2 avril, personne ne fait de blague a Chuck Norris...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ára
Modérateur


Féminin Nombre de messages: 400
Age: 24
Localisation: sur un nuage nan! Aveyron (12)
Emploi: lycéenne
Date d'inscription: 25/07/2006

MessageSujet: Re: viol   Mar 15 Aoû - 21:47

lol oki ben!!

oui kevin, c'est la vie, mais il faut que ça cesse, j'accepte pas la fatalité

_________________
j'aime celui qui rêve à l'impossible---Goethe

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.laphobiescolaire.skyblog.com
 

viol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tout ce que tu aimes :: Problèmes physiques et mentaux :: Traumatismes / Phobies-